dimanche 26 octobre 2014

Fury


Fury est un film de guerre. Il s’agit surtout du nouveau film de David Ayer, scénariste américain à qui l’on doit notamment le script de Training Day. Passé à la mise en scène en 2005, il enchaîne depuis les polars noirs et désespérés dans lesquels des hommes d’honneurs (militaires ou policiers) fleurtent avec la ligne rouge. Cette année, il avait déjà emmené Arnold Schwarzenegger dans ces contrées obscures avec le sous estimé Sabotage. Dans Fury, le réalisateur change de lieu et d’époque tout en continuant son étude de l’âme humaine.

Fury est le nom d’un tank de l’armée américaine réunissant cinq soldats en son cœur. Quatre d’entre eux sont des vétérans, trop usés par l’horreur de la guerre pour garder un semblant de raison. Il survivent dans ce champ de ruine qu’est l’Allemagne de 1945 grâce à leur leader, le sergent Don Collier (Brad Pitt), meneur charismatique et en apparence indestructible. Le cinquième soldat est un bleu, engagé dans l’armée depuis huit semaines, un jeune dactylo idéaliste entrainé à « taper soixante mots à la minute ». Auprès de ses quatre compagnons à la dérive et alors que la guerre touche à sa fin, il va traverser l’enfer, découvrir l’amour, la mort et le folie d’un conflit aussi indescriptible qu’insensé.

 Shia LaBeouf, Brad Pitt, Logan Lerman, Michael Pena et Jon Bernthal

Autant être averti, David Ayer aborde la Seconde Guerre Mondiale dans son côté le plus barbare, décrivant un monde dévasté où le soleil ne brille plus et vidé de toute humanité. Sa réalisation nerveuse reste parfaitement lisible, exposant le spectateur à une violence frontale particulièrement crue. Les têtes éclatent, les jambes s’arrachent, les hommes brûlent. La description des soldats (aussi bien américains qu’allemands) est également radicale : d'un côté des tueurs en puissance sans aucune pitié pour l’ennemi, de l'autre des coureurs de jupons invétérés. 


Brad Pitt retrouve quasiment le même rôle que celui de Jesse James dans le film d’Andrew Dominik (L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford) en campant un héros de guerre consumé par la sauvagerie, voulant en finir avec la vie mais devant assumer son statut de leader. Ses compagnons ne sont pas en reste, chacun affrontant ce cauchemar de manière différente : Grady (Jon Bernthal) préfère détruire tout ce qui l’entoure, Gordo (Michael Pena) résiste tant bien que mal tandis que Bible (Shia LaBeouf, impressionnant) se réfugie dans la foi. L’enjeu du film réside dans le sort du cinquième larron, le jeune Norman (Logan Lerman) qui risque lui aussi de sombrer dans les ténèbres.

Mais quelques faiblesses viennent égratigner l’ensemble. Habitué à filmer l’homme et la violence, le réalisateur a bien du mal à rendre crédible les moments les plus lumineux de son film et a tendance à sacrifier ses rares personnages féminins. La narration nous laisse parfois dubitatif devant certaines séquences éculées (la musique qui réunit les peuples, la bonne bouteille avant l’ultime bataille) ou carrément invraisemblables (l’affrontement à cinq contre trois cent, des ennemis qui mettent des heures à parcourir quelques centaines de mètres…). Ces petits défauts ne gâchent pas le film mais empêchent Fury de nous convaincre pleinement. On ressort néanmoins marqués par cette vision furieuse et impitoyable de la Seconde Guerre Mondiale.   

Alexandre Robinne  

Etats-Unis - 2h14
Réalisation et Scénario : David Ayer
Avec : Brad Pitt (Don "Wardaddy" Collier), Shia LaBeouf (Boyd "Bible" Swan), Logan Lerman (Norman Ellison), Michael Pena, Jon Bernthal.



Disponible en DVD et Blu Ray chez Sony Pictures Home Entertainment.

1 commentaire:

  1. De la merde ce film...
    Des barres mais il pue la merde

    RépondreSupprimer